Le Courrier De Nuit (Traduction Pierre Telliac).

 

C’est le courrier de nuit qui franchit la frontière ,

Distribuant les cartes du jeu d’une autre manière ,

Ravivant passions à gauche comme de droite ,

Pour un bon voyage d’espoir et de peurs ce soir.

Des rêves de justice agiteraient leurs aises ,

Du si l’anglais vote pour les lois anglaises .

Pleurs d’experts comme cela se passe ,

Crocodiles l arment pour des masses .

Les politiciens s’agitent comme elle s’approche ,

Horreurs, malheurs! couvés en l’esprit ce coach ?

Plombé, maintenant, leur veau d’or ,

Pas de demi-tour , plus de détour , un heurt, une heure ,

Ils jouent pour le temps mais le temps est un voleur ,

Livide l’incrédulité du mort .

L’aube rafraîchit , Son ascension se fait .

Plus bas que Londres elle redescendra ,

Pas de remorqueurs à vapeur de tuuuuut des grues,

Ici pas de champs de convecteurs,

Mais un algorithme vigilant ,

Maniaque . Insomniaque .

Toute l’Angleterre l’attend :

Chez les parieurs et les prêteurs sur gages

Les chiens devorent les chiens .

Chefs de désaccords , d’accusations de complaisances ,

Vite, notes et actions, projets de loi et lois,

Des faits économiques .

Avis de Prix Nobel , moyens de Dominions ,

Applications et explications ,

Encore et toujours des calculs ,

A Bruxelles on tient ses réunions au sommet,

Sur le Chablis , et les moules frites ,

Des lettres désignant ses dignitaires ,

Seigneurs conservateurs , des signataires ,

Lettres de The Times et The Telegraph ,

Lettres qui suscitent la raillerie et le rire ,

Lettres sur des couvertures de brouillons blancs ,

Des lettres écrites dans toutes les couleurs ,

Une lettre traduirait donc à l’instant ,

Une lettre qui signifierait à la fois ,

L’apaisante , la violente , la rouge , la verte et la bleue ,

La romantique , la pompeuse , le fraiche et la barbante ,

Celle dont on peine à prendre note, celle dont le mérite est l’ignorance,

L’avisé et le stupide , le criard fondu d’hystérie ,

Tweeté ou partagé sur les médias sociaux.

Des milliers sont encore endormis ,

A rêver à la terreur de marcher

Où? entre pays voisins sans solidarité

Oui mais. À l’étranger ?

Où travailler endormant ?

Dormir sur Kensington et à Mayfair ,

Endormi dans les faux fonds frontières ,

Ils continuent leurs grêves, suspens de bière,

Sûrs de se réveiller bientôt.

Néanmoins nul n’entend le clapotis

Sans une accélération du cœur ,

Car qui peut porter en soi l’oubli ?

image

Advertisements
This entry was posted in england, eu, europe, great britain, history, independence, philosophy, Poetry, scotland, twitter, Uncategorized and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s